vendredi 25 juillet 2014

Une personne a signalé votre photo pour nudité

Mais quand je te dis que ça ne sert à rien de dénoncer mes photomontages...

I ain't dead yet, you half-wit !

mardi 22 juillet 2014

Consulter la page Standards de la communauté Fakebooze

Une photo ou une publication sur votre Journal a été signalée à Fakebooze. Après examen du rapport, nous avons conclu que la photo ou la publication ne respecte pas les standards de la communauté Fakebooze :
    Nudité
    Nous supprimons les photographies signalées présentant des organes génitaux, des fesses ou des poitrines féminines entièrement exposées. Certaines descriptions verbales d’actes sexuels qui entrent dans les détails peuvent également être supprimées. Ces restrictions sur l’affichage de nudité et d’activité sexuelle s’appliquent également au contenu créé numériquement, sauf si le contenu est publié à des fins éducatives, humoristiques ou satiriques. Nous comprenons que ces restrictions concernent parfois du contenu partagé pour des motifs légitimes, notamment des campagnes de sensibilisation ou des projets artistiques, et nous nous excusons pour la gêne occasionnée.
Pour en savoir plus sur les types de messages et de publications qui sont autorisés sur Fakebooze, veuillez consulter les Standards des GROS BLAIREAUX DE FAKEBOOZE







jeudi 17 juillet 2014

Post préventif anti-poukave

SALUT LES P'TITS POTES

mardi 15 juillet 2014

C'est plutôt pour débilité que pour pornographie que j'aurais dénoncé ce post

L'amputé du cortex au petit doigt vengeur
Maraude sur internet pour occuper son temps
Qui ne vaut pas bien cher, si j'en crois la rumeur;
Arrivé sur ma page il ne sait trop comment,
Il s'empourpre et s'étrangle devant mes créations
Et se croit investi d'une juste mission : 
Dénoncer comme on l'aurait fait sous Pétain
Ce qui offense les pieux et autres calotins.
Alors le coeur battant dans un élan rageur

Il clique sur "signaler" dans son navigateur,
Puis ainsi soulagé, il jute de bonheur.  
 



lundi 7 juillet 2014

La personne-ressource nous a fait un focus-minute !


La personne-ressource nous a fait un focus-minute sur le réseautage en binôme, mais orienté objectifs-niche; c'était plutôt assertif et impactant; ensuite, on a fait un workshop sur la force des liens faibles et la cross-fertilisation; cette découverte du concept-objet serendipité m'a bien reboosté au niveau des fondamentaux; c'était hyper-inspirant !

Depuis, j'ai retrouvé la banane, j'ai upgradé ma communication non-verbale, et ça s'entend au téléphone !

Je pense que je vais post-poner mon suicide par pendaison. De toute manière y a plus aucun câble au bureau, tout est en wifi.


mercredi 25 septembre 2013

Converti à l'islam pour faire chier ses parents...



Converti à l'islam pour faire chier ses parents,
Bistrotiers lepénistes cuits au kir bourguignon,
Jean-Brian le gommeux chevauchait son jetski
Du lever au couchant, avec les gaz à fond,
En baie de Pornichet ou de Saint-Jean de Monts,
Emmerdant son prochain avec une frénésie
Qui donnait grande envie de lui péter les dents. 

#atelierderimeskakawazaki

mercredi 18 septembre 2013

Fantaisie boulangère



Jeannine et Jean-Michel, boulangers-pâtissiers,
Avaient le goût du lucre, et n'allez pas chercher
Ici quelque faidaise et/ou contrepétrie :
C'était un couple honnête de Carrières-sous-Poissy.

Madame tenait la caisse et Monsieur, le pétrin ;
L'affaire était prospère, si bien qu'un beau matin
Nos amis décidèrent d'embaucher un mitron,
Pas trop cher si possible, et puis plutôt mignon.

L'apprenti fut choisi, il paraissait discret,
Docile, obéissant, et madame reluquait,
A travers son falzard - toutes les femmes font cela -
Quelque chose de bizarre et qui lui semblait long :
Une sorte de bâtard avec deux pains aux noix,
Et elle eut soudain chaud à cette évocation.

Une semaine passa, et la brave commerçante
Intriguée par des râles venant de la remise
Y descendit sans bruit, et cria d'épouvante
En voyant son mari, ayant tombé chemise
Se faire enviander par le vigoureux stagiaire,
Qui bourrait comme un âne les miches à son pépère.

"Espèce d'enculé !" - croyait-elle si bien dire ?
"Je suis scandalisée ! T'aurais pu me prévenir !
J'veux ma part du gâteau ! Alors toi, tu décules !"
Gueula-t-elle au micheton à la grosse mentule.
De peur d'être viré - retour à Prole Emploi,
L'étalon antillais (il était de Basse-Terre)
Sans barguigner du tout, sitôt s'exécuta,
Car il ne voulait pas faire de peine à sa mère.

Un certain temps fâchés, mais vite réconciliés,
Les trois compères signèrent un CDI sans terme.
Il créèrent des recettes dignes de Lucullus :
Les religieuses au foutre, les donuts à l'anus,
Les éclairs à la jute, les braguettes au levain,
- Qui comme chacun le sait, se mangent d'une main -
Les tartes à la cyprine et les babas au sperme.

#atelierderimescyrillignac

jeudi 5 septembre 2013

Salut les mecques !



Jacky était campingcariste,
Cristale était cruciverbiste.
Ils n'étaient pas écologistes,
Mais plutôt un peu lepénistes.
C'était une paire de Français tristes
Rondouillards comme tant de boulistes
Qui suent du Ricard sur la piste.

Après le barbecue du soir,
Pleins de merguez et de pinard,
Ils montaient dans leur camping-car,
Pour mater Jean-Marie Bigard
En pétant gras comme des saoulards;
Jacky sentait gonfler son dard ?
Ils faisaient sortir le clébard,
Puis se vautraient sur le plumard,
Et s'englandaient comme deux gros lards.

Ils fourraient dans la kitchenette,
Faisant tanguer leur camionnette;
Il lui tripotait la tirette,
Elle lui chiquait la bistouquette;
Il lui limait la pacholette
- Ça ne sentait pas la violette !
Puis il l'enculait en levrette,
Et il jutait sur la moquette.

mercredi 28 août 2013

Ariane et Aurélien, deux enfants du siècle



Issu d'une lignée d'instituteurs bretons,
Aurélien Le Dantec était un rasta blond;
Barbichu à dreadlocks et altermondialiste,
Poète un peu chamane, et aussi érémiste.

C'est au cours du printemps de l'année deux-mille douze
Qu'il fit la connaissance d'une punkette à rat
Ramassant des psylos pas très loin de Bréhat
Pour avec le cosmos faire une grosse partouze.

Saisissant son djembé, énivré de huit-six,
Le natif de Paimpol se sentit romantique,
Slamma pour sa donzelle un compliment lyrique,
Puis, pété comme un coing, lui gerba dans les cuisses.

#atelierderimespierpolkak

dimanche 25 août 2013

Hé, toi ! T'aimes pas ça ?

Bérangère la catho, jupe-culotte, sac Hermès,
En Vendée au soleil parmi les naturistes,
Rougit, mouille, et s'empourpre, et au mitan des fesses,
Se surprend à rêver d'un gros vit échangiste.

Elle se verrait si bien cambrée telle une chienne,
Recevant sans répit force coups de boutoir,
D'un brassier agricole venu de la Mayenne,
Qui lui fendrait le fion comme si c'était une poire.

"Par Frigide et Boutin ! Arrêtez, voulez-vous !
Lâcherait-elle soudain à l'adresse du balourd;
"Vous me griffez le dos avec votre gourmette !"
Mais il n'en ferait rien, pistonnant tour à tour
De la prude Nantaise le cul et la craquette,
Réduite en purée, avachie comme du mou.

Aux vêpres du jeudi, la sage Bérangère,
Concassée par l'avant, pilonnée par l'arrière,
Jure à Dieu et Jésus que quoiqu'il advienne,
On peut être à la fois : mère et pute et chrétienne.

#‎atelierderimesphilippedevilliers‬

Tu n'aimes pas ça ? Ben, reprends-en !

Charlène et Tiffany, natives de la Sarthe,
Vivaient en caravane près de Cérans-Foulletourte,
Portaient des slips râpés au niveau de la tarte
Et jamais ne mangeaient de merguez au yaourt.

L'une faisait la femme et l'autre faisait l'homme;
Aux concerts de Johnny, elles chiquaient bière sur bière;
Au Bol d'Or à Arnage ou bien aux Hunaudières,
Elles se gamahuchaient à bord du mobile-home.

Ce fut un soir d'été dans un raout sudiste,
Au milieu des bikers casqués à croix gammée,
Que Tiffany glissa à la dodue Charlène :
"Est-ce que ça te dirait que ce soir je te fiste ?"
Plus tard cette nuit-là, soufflant à perdre haleine,
La drôlesse fessue en Wrangler’s délavés,
Les deux gigots en "V", un poing dans le derrière,
S'écroula en jouissant comme un gros phacochère.

#‎atelierderimescatherinelara‬

lundi 25 mars 2013

Pourquoi, et surtout, POUR QUOI FAIRE ?

Beaucoup de personnes, y compris moi-même, vivent régulièrement des situations nouvelles.

Comme nous manquons d'expérience dans ce domaine, notre tendance naturelle est de revenir en terrain connu.

Au lieu d'avoir peur de la nouveauté, nous devrions au contraire nous réjouir des nouveaux défis...

Face à l'inconnu, nous réagissons généralement par la peur. Mais en y réfléchissant bien, tout ce que vous faites ou vivez actuellement, vous l'avez fait ou vécu un jour pour la première fois.

En vous remerciant par avance pour votre prompt retour.

Riporte Abiouze

lundi 18 mars 2013

Caisse, ski, pou, riz et seau, vé ! La moure !

Salut Daniel Balavoine ! Bon OK, je sais, t’es mort et tout, et c’est horrible ;

J’ignore si tu recevras ce courriel là où tu es maintenant (je t’imagine : perché sur un nuage, à poil avec un luth, des ailes dans le dos et une plume dans le cul) mais je voulais revenir brièvement sur ce passage de « Mon fils, ma bataille » qui doit être une des deux, trois chansons « Golden Eighties-Chouchou-Coup de cœur» de Chérie FM, puisque voilà maintenant TRENTE-TROIS LONGUES ANNÉES qu’ils la diffusent TROIS PUTAINS DE FOIS PAR JOUR ;

Enfin bon, passons.

Quand tu lances de ta voix fluette de falsetto en surcharge pondérale :

« Oh j’vais tout casser-é-é-é
Si vous touchez-é-é-é
Au fruit de mes entrailles »

il me vient à l’esprit ce commentaire :

Lorsque que tu parles du «fruit de tes entrailles », je suppute que tu cherches à souligner par la force de l’hyperbole la charge émotionnelle - bien légitime - communément éprouvée par tout père lors d’une rupture conjugale et de la possible perte de la garde de l’enfant - ici en l’occurrence, un petit garçon qui a bien besoin de son papa, tout autant que son papa a besoin de lui.

Mais, comment te dire ? Cette citation à peine masquée du « Je vous salue Marie » me gêne aux entournures ;

En effet, si je comprends bien que le petit Jésus, comme la plupart des enfants qui naissent chaque jour sur Terre depuis les temps immémoriaux, soit sorti des entrailles d’une femme – fût-elle restée, dans l'imaginaire populaire, réputée, par je-ne-sais quel tour de passe-passe démiurgique, à la fois pucelle ET primipare…

…eh bien JE peine À ME FIGURER quel fruit peut bien sortir des entrailles d’un homme.

mercredi 23 janvier 2013

Kikou les corbots ! Je vous piss à la ray vous savé

Kikou les gents ! s'est moi, Pascaline Pinochaud !! Je me suit procurer le maux de passe de Francsis 15ula et je vous écrit pour vous dire que je sait pas s'est qui et SURTOUS POURQUOI y a des gents de Faceboc qui arrete pas de dénonsser mon ami Brioris Vandox en se moment !!! alors que sur cet photo je voit pas se qui a de grave vus que on vois RIEN au nivot de la zézette, nautament ! non mai !

mercredi 2 janvier 2013

Francis Quinzulla et Boris Viandox vous confirment la drôlitude de cette photo, qui met en scène une paire de super-héros bien connus.

lundi 8 octobre 2012

Tout changement de garniture entraînera automatiquement un supplément de 0,50 euros.

Je suis blond et tu es blond
Tu as les mêmes yeux que moi
Tu es la réussite que je n'attendais pas
Nous deux c'est une histoire d'homme
Ne vas pas le dire à ta mère
Elle ne peut pas comprendre.
Que mon secret sur terre, 
C'est Moi et Toi.
Contre le monde entier, toi seul à mes côtés.

mercredi 26 septembre 2012

Faites du sport, sinon...vous aurez des bourrelets.

PRIVILEGED & CONFIDENTIAL / CONFIDENTIEL

This message contains privileged and confidential information. If you are not the named recipient of this message, please destroy it without reading, copying or disclosing its contents to any other person.

Cet e-mail contient des informations confidentielles protégées par le secret professionnel. S’il ne vous est pas destiné, nous vous remercions de le détruire immédiatement,

Avant d'imprimer, pensez à l'environnement. Consider the environment before printing this email.

EST-CE QUE C'EST ASSEZ CLAIR POUR TOUT LE MONDE ?

vendredi 7 septembre 2012

La viande à jouir : que faut-il en penser ?

Deux bites. Deux trous du culs. Quatre couilles.

Quand on y réfléchit bien, chacun(e) devrait y trouver son compte :

1 : On peut se faire pénétrer et sucer en même temps, sans avoir à supporter la présence de deux mecs;

2 : Si on est homosexuel actif, ou hétérosexuel branché anal, on peut enculer à loisir;

3 : Si on est skinhead, on va se faire enculer de ma part;

4 : Et si on habite l'Ouest parisien, qu'on est catholique branchée procréation/multiparité, on a quatre testicules pleines de sperme, soit deux fois plus de chances de se faire loger un futur Scout Unitaire de France dans le tiroir !

QUE VOULEZ-VOUS DE PLUS ?

mardi 12 juin 2012

Les petits corbeaux de proximité : ils sont de retour avec Facebook ! Vive Pétain ! Vive la France ! Vive l'an 2000 !


Ben crotte alors ! Ma petite infographie à base de crucifix dans les fesses m'a valu un nouveau signalement avec interdiction de publier pendant 3 jours...snif. Bon c'est pas grave je réuploade ça ici même, mes amis ! Et allez donc vous faire traire de ma part, madame ou monsieur le petit corbeau néopétainiste, qui n'avez pas jugé utile de vous faire connaitre !

mercredi 16 mars 2011

Rappel des consignes de sécurité


En tant que Président Directeur Général de Quinzulla Industries, je rappelle et je réitère pour la énième fois à TOUS les techniciens et agents de maîtrise des sites suivants :

- Le Creusot
- Aulnay-sous-Bois
- Firminy
- Guéret
- Vierzon
- Laval
- Dunkerque
- Tremblay-en-France

de bien vouloir prendre connaissance une BONNE FOIS POUR TOUTES des consignes de sécurité qui sont pourtant affichées à hauteur d'homme dans tous les couloirs, salles de repos, vestiaires, sanitaires, cantines et DE LES OBSERVER A LA LETTRE, bordel de merde !

Je ne me suis pas cassé le tronc à faire imprimer à grands frais ces affichettes de prévention, qu'un enfant de 4 ans est capable de comprendre sans savoir lire, pour me retrouver avec une moyenne de 10 arrêts de travail par mois et par site de production, pour une moyenne de 15 salariés par site.

Notre position de leader européen de l'abattant de cuvette de WC sérigraphié à la demande par internet est aujourd'hui menacée par les arrêts de travail récurrents de salariés imprudents (souvent les mêmes, d'ailleurs, comme par hasard dûment encartés dans le même syndicat d'obédience marxiste-léniniste, dont le nom commence par la lettre "C" et se termine par les lettres "GT").

Si nous continuons sur cette trajectoire, l'exclusivité de certains produits-locomotives, tels les abattants Mylène Farmer ou Florent Pagny, risque de partir à la concurrence, entraînant une baisse des flux in-out sur nos meilleures lignes et nos segments à forte marge.

Alors vous n'aurez plus que vos yeux pour pleurer...ou accepter un reclassement en Roumanie.

Qu'on se le dise.

Francis Quinzulla
Président-Directeur Général de la Holding Quinzulla
Oscar 2010 de l'Innovation en Accessoires de Chiottes.

jeudi 10 février 2011

Coup de loupe sur une affichette aperçue près du Trocadéro.

Dirai-je assez ma circonspection à la découverte de ce petit cartouche croquignolet avec son sous-entendu « bien de chez nous » « à l'ancienne » à la « y a pas de fumée sans feu » (je vous laisse le soin de biffer la mention inutile) sur une récente "Une" de « Détective », ce périodique que le monde entier nous envie, et pas uniquement pour ses reportages dépourvus de voyeurisme morbide.

Et voilà le travail ! Un beau flashback au siècle passé !

On jurerait voir un de ces bulletins de délation de voisinage, comme il s'en publiait peut-être dans cette sous-préfecture de l'Allier qui connut un certain rayonnement entre le 10 juillet 1940 et le 20 août 1944, merde, le nom m'échappe, là.

S’ils cherchent des secrétaires de rédaction, ils peuvent m’appeler par l’interurbain, les big boss de chez « Détective ». Mon téléphone : Lauriston 33-45.

J’ai plein d’idées de titres : « Hier trader et hétéro, il devient escroc et pédophile », « Hier antiquaire et hétéro, il devient escroc et sado-maso », « Hier assureur et hétéro, il devient escroc et soupeur », etc, etc.

jeudi 23 décembre 2010

En direct du B.F.P., Bureau Féministe des Plaintes : le procès pour sexisme aggravé de Pierre de Ronsard.


En feuilletant l'anthologie de la poésie française de Georges Pompidou (oui, j'aime la poésie lorsqu'elle est compilée par un mec de droite ; on ne se refait pas.), je tombe sur ces vers de Ronsard, extraits des
« Amours de Cassandre », que je n'avais pas lus depuis fort-fort longtemps.

Nul n'ignore que la poésie est par excellence l'art du maniement de la métaphore, et là, on peut dire que ce vieux cochon de Ronsard n'y va pas avec le dos de la cuillière en argent pour circonvenir la gourgandine, sans autre projet que de lui bourrer la cantine, jugez plutôt :

« Ciel, air et vents, plains et monts découverts,
Tertres vineux et forêts verdoyantes,
Rivages torts et sources ondoyantes,
Taillis rasés et vous bocages verts,

Antres moussus à demi-front ouverts,
Prés, boutons, fleurs et herbes roussoyantes,
Vallons bossus et plages blondoyantes,
Et vous rochers, les hôtes de mes vers,

Puis qu’au partir, rongé de soin et d’ire,
A ce bel œil Adieu je n’ai su dire,
Qui près et loin me détient en émoi,

Je vous supplie, ciel, air, vents, monts et plaines,
Taillis forêts, rivages et fontaines,
Antres, prés, fleurs, dites-le-lui pour moi. »

« Monts découverts », « taillis rasés », « antres moussus à demi-front ouverts », « vallons bossus », « à ce bel œil Adieu je n’ai su dire » : autant de façons déguisées de désigner d'un verbe torve les attributs féminins, votre intimité la plus secrète, fières amazones. Et tout ça, JUSTE POUR TIRER UN COUP.

Phallocrate à mandoline !
Rimailleur priapique !
Courtisan salace !
Salade de chibre !
Cratère de vice !

Je propose que soit lancée contre ce Ronsard la punition-plancher, c'est à dire une bonne petite F.F.T, (Fatwa Féministo-Trotskiste) de derrière les fagots.

Debout, mes sœurs opprimées !
Aux armes, les Gardiennes de Chiens !
Empoignez le Saint-Glaive-Sécateur !
Ebranchez-moi tout ce qui dépasse !

Et puisque, pour parfaire le tableau, il s'agit d'un aristocrate, coupez-lui la tête pour en faire un seau d'aisance !

Bon moi, je dois filer, j'ai bûche de Noël.

samedi 30 octobre 2010

Exclusif : La face cachée d'Oussama Ben Laden !


C'est le magazine "Public" - qui consacre habituellement ses premières de couverture aux problèmes techniques de string et de gel coiffant qui se produisent dans les émissions de TF1 - qui nous l'apprend, et excusez du peu, en exclusivité mondiale : sous des dehors belliqueux, Oussama Ben Laden est en fait un authentique "papa-gâteau" !

Invité durant sa tournée d’automne 2010 à visiter la madrassa Anton Kalachnikov 47 de Peshawar, Oussama Ben Laden, très occupé à lire le fil AFP sur son iPhone ces derniers jours, a accepté de se libérer pour passer un moment de tendre insouciance avec les enfants de la crèche communautaire Françoise Al Djihad Dolto.

Voici, à peu de chose près, les mots qu’il a échangés en arabe littéraire - traduits en hurdu par son interprète afghan, puis retraduits en français dans Babelfish par un correspondant du bureau de l’U.M.P. à l’Ambassade de France d’Islamabad - avec ces moujahidines en couche-culotte.

« Essalaam aleïkoum les enfants ! La bès ?
Aujourd'hui j’ai choisi de vous parler de la burqa et du niqab.

Voyez-vous, cette petite #%!$~@µ* ! de poupée en chiffon, là sur mon doigt, ne devrait pas porter de voile de couleur vive, car croyez-moi, cela est haram, comme le prophète nous l'a appris, béni soit son nom.

Elle sera donc fouettée demain matin en place publique.

Vous pouvez maintenant retourner à la prière, à la plonge, ou à l'armurerie, selon vos sexes, qualifications et emplois du temps respectifs.

Hamdullah et choukrane beaucoup pour votre attention. »

mercredi 15 septembre 2010

Stringasse, pour nous les tasses.

Autrefois apanage des partouzeuses des Yvelines et du Cap d’Agde ou des tapineuses du bois de Boulogne, connu aux USA sous le nom de thong, au Brésil sous celui – pour le moins évocateur de « fil dental » ou encore au Québec en tant que « coupe-crotte », le string fait désormais partie du paysage vestimentaire français, comme les vestes de treillis incrustées de strass ou les tee-shirts Hello Kitty taille XS pour adulescentes salariées d’agences de pub.

Cette odoriférante ficelle culière doit une bonne partie son succès aux émissions de « téléréalité » qui peuplent nos écrans depuis 10 bonnes années. Et on peut, sans crainte de se tromper, affirmer qu’elle en est même la base scénaristique, le « fil rouge » en quelque sorte - et sans mauvais jeu de mots.

Le string est le complément idéal du pubis rasé et des jeans-taille-basse-délavés–troués-avec inscriptions-débiles-à-190 euros.

Si le string pouvait parler, il s’exprimerait vraisemblablement en SMS et nous dirait sans doute quelque chose comme «kikou-prout-prout-lol ».

mardi 14 septembre 2010

Non, il n'y a pas que des animateurs-producteurs de télé pour se bourrer le pif de cocaïne.

On a beau dire que ça se discute en jouant du djembé en costume gris anthracite , eh bien non, il n'y a pas que des animateurs-producteurs de télé pour se bourrer le pif de cocaïne.

Pour preuve, ce témoignage d'un trader de chez Buttfuckers Private Equity Group, Inc., saisi à la volée dans un bar à cocktails proche de l'Opéra.
---------------------------------------------------------------------
"Non, la CC c'est pas du tout ce qu'on croit. Moi, ça m'aide à être toujours au top en salle de marché, et je contrôle HYPER BIEN ma consommation. ET D'ABORD qu'est ce que tu connais au CAC 40, qu'est ce que tu sais du NYSE, du NASDAQ et du NIKKEI, espèce de crevard à revenu médian en pataugas Eram ? T'as pas compris que c'est grâce à MON BOULOT que tu vas pouvoir te la payer à crédit, ta PUTAIN DE LOGAN BREAK DE MERDE, hein-hein-hein ? Je me suis pas tapé Centrale-Paris et 2 ans de stochastique pour finir prof de maths trotskiste dans un lycée agricole de Seine et Marne ! Vous me foutez tous la haine, bande d’assistés de Français de mes couilles ! Vous n'êtes bons qu'à pleurnicher sur votre sort en comptant vos putains de points de retraite et vos putains de jours de RTT. Moi c’est simple, ce soir : RIEN A BRANLER de vos gueules de raies ! Je saute dans mon Cayenne Turbo direction Deauville, 230 pied au plancher, le dernier Black Eyed Peas à fond sur la stéréo, pour un poker out-of-office avec Patrick Bruel. Je vais te cramer quelques SMICs dans la soirée, ça me défoulera. Après ça je ferai monter une Ukrainienne dans ma suite executive. PUTAIN elle va prendre, c’est moi qui vous le dis. BORDEL DE QUEUE où j’ai foutu ma putain d’Amex Platinum ?"

lundi 13 septembre 2010

Les Roués de la Forthune, c'est aujourd'hui sur TF-UMP

C’est hier dimanche qu’était présentée en grande pompe la nouvelle émission de TF-UMP, « Les Roués de la ForThune ».

Il s’agit d’un nouveau jeu de télé-réalité qui se déroulera dans un Loft fiscal spécialement aménagé dans une commune des Hauts de Seine (92) dont le nom est tenu secret pour le moment.

« Il nous a fallu pas moins d’une demi-heure de brainstorming intensif dans une suite de l’Hôtel Marriott Maréchal Resort **** à Vichy pour mettre au point ce concept qui, nous l'espérons, passionnera les smicards, les RMIstes et autres assujettis sociaux, bref toute la plèbe en survêtement Kiabi qui constitue notre public » a déclaré un brin facétieuse Alexia de La Grotte-Audard, Directrice de la Création et des Projets Spécieux chez Endivemolle France, filiale du groupe Endivemolle-JunkTV-Overseas, établi aux Iles Caïman, bien connu pour ses succès dans la production industrielle de mou de veau en tube et de programmes fédérateurs de distraction massive.

« Les candidats des « Roués de la Forthune » sont des gens comme vous et moi – enfin, surtout moi. François-Marie, Patrice, Liliane et Eric, puisque c’est d’eux qu’il s’agit, devront, en dépit de tout intérêt commun apparent, faire équipe pour échapper aux tentatives répétées de coupes sombres fomentées par le mystérieux « Comité Noir de Bercy » dans la meule de ForThune précieusement conservée par-delà les Alpes en lieu sûr, du moins le croient-ils ! » commentait Alexia de La Grotte-Audard, aussitôt applaudie par un aréopage de métrosexuels en costume-gris-anthracite-chemise-blanche-sans-cravate.

La tâche leur sera rendue d'autant plus ardue que le non moins mystérieux « Colonel Cagoule », un témoin à gorge profonde, peut intervenir dans le jeu à tout moment pour déstabiliser les participants avec des révélations inédites sur leur passé, glanées ça et là dans les archives de l’Etat Français ou du 3ème Reich.

« Qui dit ForThune dit placements, qui dit placements dit actions, et dans le contexte, on peut même parler d’Actions Françaises ! », plaisantait Alexia de La Grotte-Audard, aussitôt applaudie par un aréopage de métrosexuels-en costume-gris-anthracite-chemise-blanche-sans-cravate.

Alexia répondait ensuite sur un ton badin aux questions de la presse, en picorant des fraises Tagada trempées dans une coupe de Cristal Roederer ; c’est ainsi que l’on apprenait que la pétillante jeune femme ne regarde jamais la télévision, et surtout pas les reality-shows, car elle ne souhaite pas « être influencée par la concurrence », et qu’elle ne voudrait pas « que Bertille et Tiphaine, ses deux adorables petites filles, finissent ignorantes et avachies comme des sacs de saindoux sur un canapé clic-clac devant un écran-plasma géant au fond d’une cité HLM . Qu'elles travaillent bien à l'école, qu'elles fassent Sciences-Po comme tout le monde, voilà mon objectif ». « Meuuuuh non je rigoooole ! » s’empressait-elle de corriger, aussitôt applaudie par un aréopage de métrosexuels-en- costume-gris-anthracite-chemise-blanche-sans-cravate.

Et comme à TF-UMP on ne fait jamais les choses à moitié, un jeu familial inspiré de l’émission, coédité par Endivemolle-Publishing est déjà en tête de gondole dans toutes les grandes surfaces, au prix conseillé de 99 euros (129 Francs suisses) - et c’est encore là une innovation d’Alexia, payables en 20 fois sans frais, afin que les foyers les plus modestes puissent être eux aussi de la partie.

jeudi 9 septembre 2010

Logo UMP : Reloaded

Salut les gauchistes en baskets vintage !

Hier soir, déguisé en jeune militant de base avec pull Ralph Lauren noué autour du cou, je me suis incrusté dans l'hôtel particulier du directeur du marketing de l'UMP, chez qui se tenait un cocktail V.I.P. de rentrée avec une bonne partie de l'élite artistique et intellectuelle de droite : Michel Saredoute, Doc Procto, Alain Deloin, Mirlaine Mathieu, Christian Plumier, sans oublier l’élégante quarantenaire anorexique Charia Burnei, venue feuler tout-sourire ses subtiles rimes sardoniques en plaquant nonchalamment deux accords de bossa-nova sur sa guitare folk Hello Kitty.

Je commençais à m’ennuyer, quand je vis dans le bureau installé à l’étage, le MacPro à 6 barres du maître de maison. Il était resté allumé, et là, tout s’est passé très vite : j'ai farfouillé sur le disque dur et j'ai trouvé... les fichiers sources Illustrator du logo du premier parti politique de France ! « Waouhh » ! me suis-je exclamé intérieurement : « du lourd de chez lourd !! »

J'étais chaud-bouillant; j'ai tout copié sur ma clé UMP- euh non, USB, et je suis ressorti par l'étroite porte en bronze du jardin de ce pavillon cossu des Yvelines que j'avais pénétré une petite heure auparavant.

Dans le RER qui me ramenait vers Paris et ma studette en sous-location rue Oberkampf, je lolais comme un ouf, car le soir même, je te l'ai arrangé, le logo de l'UMP, tel un vengeur masqué free-lance. [voir les pièces jointes] Ha-ha ! Tu peux trembler, Sarko !! Rira bien qui rira le dernier en 2012 !

Bon à part ca, si quelqu'un a des plans taf en ce moment, je prends tout : catalogues Babou, publipostages LIDL, flyers de soirées Ladies’Night, prospectus du MODEM, publicités KFC, cartes de visites de marabout, jaquettes de DVD pornos, rapports d'activités du Crédit Lyonnais-LCL...

J'accepte aussi les invitations de fêtes d’anniversaires en Comic Sans avec des cliparts Microsoft Office : OK, je suis resté punk dans l'esprit, mais je ne veux pas non plus finir punk à chien en treillis devant un Monoprix, à Montpellier/Avignon/Rennes/Nantes/Bordeaux/Lille/ etc, etc...

Aidez-moi je vous en supplie.

mercredi 8 septembre 2010

Help poor 19 year-old Tatiana from Russia !

Poor Tatiana does not make enough roubles as a Mc Donald's clerk to afford a regular bra.
La pauvre Tatiana ne gagne pas assez de roubles comme hôtesse de caisse chez Mc Donald's pour se payer un soutien gorge décent.

YOU CAN HELP. SEND A BUCK. WE'LL TAKE CARE.
VOUS POUVEZ L'AIDER. ENVOYEZ NOUS 1 EURO. ON S'EN OCCUPE.

Support SFLURP !
Aidez SFLURP !

SFLURP
Stop Female Lingerie & Underwear Restriction Project.
---------------------------------------------------------------------------

mercredi 18 août 2010

Comment se débarrasser des quads, jetskis et autres saloperies à moteur ?


La Nature est un temple où de vivants piliers,
Abritant nos moments d'estivale douceur,
Sont souvent mis à mal - qui prétend l'ignorer ?
Par la ronde imbécile des crétins à moteur.

Lors motos, quads, jetskis, formés en escadrons
Pétaradent en puant par champs, chemins et plages,
Chevauchés par des beaufs semblant pousser l'étron,
Causant aux cinq sens les plus odieux outrages.

Ainsi donc vont sans grâce ces suants sacs de vice,
A grands coups de poignées, de turbos et d'hélices,
Pédophiles forestiers ou pouffiasses tropéziennes,
Phacochères ubuesques déféquant sur l'Eden.

Ô poète ! Prends ton luth ou ta Kalachnikov,
Et adresse à ces sots l'adéquate apostrophe !
Qu'ils ploient sans délai sous le feu de l'opprobre,
Et se cachent vitement sous une bâche ou une robe.

Nul ne doute qu'une fois venu Armageddon,
Usage neuf soit fait de leur fourche et guidon,
Et Yamaha, Suzuki ou telle autre ferraille
Soient par Vulcain fondues ou jetées à la jaille.

Pour flétrir plus encor la horde des pourceaux,
Et châtier bel et bien la regrettable engeance,
Puisse l'essence estre vendue trois cent euros.
Car oncques pire espèce ne se croise en vacances.

Jean-Kévin du Balai.

vendredi 30 avril 2010

Coupe du Monde de Foutre : les Français tirent les premiers !

A la veille de la Coupe du Monde de Foutre qui se déroulera dans les quartiers chics de Johannesburg, l'équipe française de Foutre lâche déjà la purée.

En effet, à la stupéfaction générale des médias et des services de police, le célèbre hebdomadaire Paris-Scatch dévoile les dessous d'un juteux business de prostitution pour V.I.P. qui se déroulait dans la plus grande discrétion à quelques mètres seulement de la plus belle avenue du monde.

Contrairement à ce que l'on pouvait croire, ce n'était pas vraiment des expressos que l'on servait au Café Zarbi, un établissement très "sélect" sis au 69 rue du Four à Chibres, en plein "Triangle d'Or".

Selon les informations exceptionnelles révélées à un grand public abasourdi par un tel torrent de débauche et d'obscénité, il s'agissait plutôt de spécialités à l'ancienne, bien connues de certaines maisons avec pignon sur rut, telles que "La Chupa-Chups au Fromage", "La Brouette de Moules au Jus", "La Botte d'Asperges en Sauce Blanche" ou "La Dinde Fourrée au Sirop de Corps d'Homme".

Au cœur du dispositif, se trouve Cyprinette Kowabunga, une jeune femme au sourire radieux et à la langue bien pendue, qui semble sortir tout droit d'un jeu vidéo pour adolescents priapiques, ou d'une boutique Dolce & Gabbana un jour de soldes privés à Dubaï.

Trois des plus vigoureux membres de l'équipe de France de Foutre seraient impliqués dans cette affaire invraisemblable qui défraie la chronique, fait tourner les rotatives 24h/24 et nourrit abondamment les conversations anisées dans les bars-tabac-PMU du pays.

Cyprinette, connue pour la qualité de ses prestations sexuelles, les aurait délivrées à certains clients du Café Zarbi alors qu'elle redoublait sa classe de B.E.P. "Epilation Intime" au Collège Corinne Charby de Burnes-sur-Yvette, et qu'elle n'était pas majeure.

"Oui, et alors, il est où le problème ?" commentait hier Cyprinette sur Foune Radio, j'étais pas majeure, d'accord, mais comme les membres de l'Equipe de France de Foutre ont en général 14 ans d'âge mental, ça compense, vous trouvez pas ?"

samedi 24 avril 2010

Que penser des machines à baiser ?

Avec le retour des beaux jours, c'est un monde de désir et de volupté qui renait : tout refleurit, le soleil est de retour, le gai rossignol répond de son arbre au merle moqueur, les jours rallongent, les jupes raccourcissent, et les hommes se mettent tous plus ou moins efficacement à la recherche d'une partenaire sexuelle.

Malheureusement, un certain nombre d'entre eux n'y parviennent jamais, pour un ensemble de raisons extrêmement hétérogènes, qui peuvent être dues à des effluves corporelles excessives, une haleine de poney, un humour douteux à la Jean-Marie Bigardos, un goût immodéré pour la bière, le football, ou le tuning, à un physique à la Jean-Claude Dusse, ou au simple fait d'afficher un air de brute épaisse en portant un sweat-shirt à capuche sérigraphié à l'effigie d'Al Pacino dans le film "Scarface" de Brian De Palma.

De telles apparences sont, on l'aura compris, de nature à repousser les femmes, qui comme chacun sait, sont des êtres de douceur, de délicatesse et de subtilité qu'il convient de d'approcher et de séduire avec tact et intelligence.

Cette absence de perspective de coït à court, moyen ou long terme entraîne chez ces hommes - outre la frustration et le sentiment d'échec de n'être désiré par aucune femme - des surcharges hormonales pouvant entraîner des comportements nocifs pour eux-mêmes, ou nuisibles pour l'ordre public en général : alcoolisme, toxicomanie, dépressions nerveuses, beuglements nocturnes sur la voie publique, roues arrière en Yamaha YZ et excès de vitesse en Clio 16S
à proximité des écoles maternelles, agressivité verbale envers la terre entière, adhésion à des groupes de skinheads, hooliganisme, bagarres à l'arme blanche, ...etc.

Autant de sociopathies compulsives qui relèvent du syndrome dit du M.M.B. (Mâle Mal-Baisé).

C'est pourquoi le Ministre du Sexe Jean-Bernard Viagra a consulté la société Fuck-O-Tronics, filiale californienne du groupe JCDucul, connu dans le monde entier pour sa gamme d'équipements urbains (abribus, panneaux publicitaires, vélos en libre-service...) pour le développement d'un nouveau type de borne interactive : le "BaiseLib", un appareil en libre service destiné à recevoir les coups de boutoir de tous les mâles en situation d'hypertestonéronémie par défaut de relations sexuelles.

Il s'agit de croupes de femme faites d'un matériau de synthèse issu de la recherche plasturgique high-tech, à l'échelle 1/1, en position dite de "levrette", et équipées de vagins artificiels autolubrifiants.

Un circuit interne d'eau chauffée à 37 degrés complète le dispositif, accentuant l'effet réaliste du BaiseLib. L'appareil est également muni de moteurs miniatures qui permettent de simuler un va-et-vient des reins, ainsi qu'un système de contraction automatique du fourreau vaginal autour de la verge en érection, destiné à donner l'impression à l'utilisateur d'avoir un très gros sexe.

Préalablement abonné à BaiseLib par internet, l'utilisateur introduit sa carte à puce rechargeable dans la fente de la borne, puis peut s'accoupler au BaiseLib par tranches forfaitaires indivisibles de 2, 5 ou 7 minutes selon sa capacité à retarder son éjaculation.

Une fois la séquence fornicatoire terminée, le compte du client est automatiquement débité du nombre d'unités consommées. Le vagin artificiel se referme progressivement en expulsant le membre flaccide, puis est automatiquement nettoyé à l'aide d'un mélange d'eau pulsée et de détergent fongicide, prêt à recevoir en toute sécurité hygiénique les assauts du client suivant.

Le BaiseLib est un produit éco-compatible à faible empreinte environnementale, puisqu'il est alimenté exclusivement par capteur solaire. Il est actuellement en phase de beta-test dans des sites touristiques connus pour leur réputation de baisodromes à ciel ouvert : Ibiza et Le Cap d'Agde.

Le célèbre groupe de casinos Partouze se dit d'ores et déjà très intéressé et prêt à équiper ses établissements en proposant à ses clients un forfait couplé "Machine à sous + BaiseLib".

« Sexe et pognon » : je vous mets au défi de trouver deux meilleurs centres d'intérêt dans la société d'aujourd'hui !" commentait lors de la conférence de presse de lancement du BaiseLib Eric Zboubmou, le talentueux éditorialiste du Figaro-Margarine et de la très branchée chaîne de télé cryptée ANAL+, bien connu pour son franc-parler néo-masculin, qui fait hélas régulièrement l'objet d'attaques injurieuses de la part d'un certain nombre d'associations féministes archéo-rétrogrades, telles "Les Gardiennes de Chiens"

vendredi 16 avril 2010

Il faut savoir choisir entre souffrir et bosser en centre d'appels.

Nous, on travaille tous les jours chez Central Call Centers à Argenteuil (Val d'Oise) sous une bretelle de l'échangeur de l'A86, près du pont de Bezons.

Tout le monde est jeune, sympa, dynamique et motivé. On a tous un micro-casque intégré sur la tête comme Mylène Farmer en concert au Palais Omnisports de Bercy.

On s'appelle tous "Dominique Dubois, conseiller clientèle". On a tous 28 ans.

On sourit tout le temps.

On sourit même s'il n'y a pas de raison particulière de sourire; même quand un client nous pourrit la gueule pendant une heure parce que personne ne lui avait jamais dit qu'il fallait avoir un ordinateur pour pouvoir utiliser un modem ADSL, ou qu'il n'a reçu que 3 volumes de son Encyclopédie Larousse au lieu de 12, que son fauteuil relaxant lui a été livré sans repose-pied, que son ensemble de couteaux de cuisine japonais est en réalité Made in China, que la notice de son radio-réveil est rédigée en polonais, ou qu'il a reçu un tupperware rempli de rats morts à la place de sa collection de poupées en porcelaine.

On est tous payés 8,35 euros bruts de l'heure.

On est tous en CDD à temps partiel reconductible depuis 10 ans, et grâce à notre convention d'entreprise SYNTEC on se sent libres de rester ou de quitter l'entreprise quand on veut : c'est à la carte, à l'américaine, et ça c'est hyper-cool, comme ils nous l'avaient dit à la réunion d'embauche.

Le jour de la Fête des Entreprises, on reçoit chacun un tee-shirt "J'aime ma boîte" et des chèques-cadeau "Yves Rocher" ou des mugs "Caméra Café ". Puis on fait le karaoké de la bonne humeur et de la performance globale. C'est le team-building. C'est pour souder l'équipe.

En fait personne ne quitte jamais la boîte parce qu'on a tous le loyer de nos studettes avec vue sur la Porte de La Chapelle à payer, et que 750 euros par mois, ça ne se trouve pas sous les pneus du 4X4 du Directeur Général de Central Call Centers.

De temps à autre, l'un d'entre nous s'effondre en larmes en disant qu'il a "raté sa vie, que son truc à lui ça aurait plutôt été de faire du mime, du chant médiéval ou de l'écussonnage de rosiers et que y'en a marre de se faire cracher dessus à longueur de journée par des connards de clients capricieux ou de supporter les vannes foireuses de petits chefaillons de merde qui écoutent Fun Radio dans leur Clio Diesel, et qu'il en a rien, mais alors, vraiment rien à foutre de pas avoir atteint ses objectifs depuis une semaine".

Alors le chef de plateau et le vigile en blazer bleu marine l'emmènent en salle de repos pendant cinq minutes pour qu'il se calme, puis chez le DRH pour un entretien d'évaluation, puis à la compta pour son solde de tout compte.

Enfin bon, comme nous le rappelle régulièrement la direction, dans le contexte économique actuel, on est quand même pas les plus à plaindre : il y a encore dans ce pays des gens qui sont obligés de travailler à l'usine. Il y en a même qui n'ont PAS DE BOULOT DU TOUT.

mardi 13 avril 2010

Michel Sarkodou enfin de retour sur scène !

Après de longues années d'absence, Michel Sarkodou remonte sur scène pour la plus grande joie de son public.

Connu pour son sens de la formule et ses textes sardoniques qui disent tout haut ce que tout le monde pense tout bas, Michel Sarkodou a réservé à "France-Foire" l'exclusivité de l'interview de son grand retour.

"J'ai ressenti le besoin de me tenir à l'écart du monde ces derniers temps, dans ma maison de Miami, avec ma femme et mon pognon; je sais que ces années de silence de ma part sont une épreuve pour mon public, mais je crois que c'est un passage nécessaire, pour lui comme pour moi. Quoi qu'il arrive, je suis toujours dans les parages... Je n'ai qu'un coup de fil à passer pour être invité chez Michel Bunker en prime-time : nous autres, les Michel, on tient la boutique depuis 40 ans et ça, le public le sait : on est in-vi-rables."

C'est à l'occasion de cette nouvelle tournée qu'est ressorti en édition Digipack Collector un des grands tubes de Michel : "Le Lac des Connards". "C'est une chanson qui n'y va pas de main morte avec tous les connards qui encombrent les guichets des Caisses d'Allocations Familiales, L'ANPE, l'Education Nationale, le Trésor Public, la RATP, la SNCF, ou les PTT. Suivez mon regard..." ajoute Michel, avec le sourire sibyllin de ceux à qui on ne la fait pas.

"Cette chanson m'est venue comme ça d'un coup un beau jour de 1978. C'était sous Giscard, et je me souviens qu'il y avait déjà pas mal de choses qui n'allaient pas dans ce pays. La preuve : trois ans plus tard, une horde socialo-communiste hirsute prenait les commandes du vaisseau "France". Les forces vives de notre pays étaient contraintes d'émigrer en Suisse ou au Lichtenstein pour échapper au lynchage fiscal de ces enragés de marxistes-léninistes qui faisaient bloc autour de François Mitterrand..."

"Eh oui, au risque de déplaire, je l'avoue : j'ai toujours préféré Saint-Jean Cap-Ferrat à Jean Ferrat, que voulez-vous..." commente Michel avec un clin d'œil débonnaire.

"La France était en danger, et comme souvent durant plusieurs septennats, j'ai été parmi les premiers à tirer la sonnette d'alarme, avec quelques autres artistes et intellectuels de droite comme Line Peugeot, Mirabelle Mathieu, Guirlandux, Stéphane Collabo, ou Claude François-François, qui n'étaient pas encore morts à l'époque".

"Depuis leur disparition, je me sens un peu comme le dernier des Mohicans dans ce pays", poursuit Michel, un brin d'émotion dans la voix. Mais heureusement je me suis découvert un fils spirituel en la personne de Florent Pagagné, un garçon bourré de talent - et contraint à l'exil, comme moi. J'aime sa liberté de penser par et pour lui-même. J'aime son courage, car il n'a pas peur de dire ses quatre vérités à ce pays...même à 10.000 kilomètres de Châtellerault."

"La France a besoin de ses vigies, de ses guetteurs. Je répondrai toujours : "présent", conclut sobrement Michel Sarkodou.

Alors salut l'artiste, et bonne route. Continue à nous faire réfléchir sur nous-mêmes. Nous en avons plus que jamais besoin.